Moulismes
Fiche Pratique

Gagner en surface grâce aux extensions

Fiche élaborée en partenariat avec l'URCAUE Nouvelle-Aquitaine

Pour agrandir votre habitation et profiter de plus d’espace, la solution la plus courante est d’utiliser le jardin pour créer une pièce attenante à la maison, en pratiquant une percée afin de relier ce nouvel espace au bâti existant. Cette solution implique de construire et d’isoler entièrement l’extension : de la pose de la toiture jusqu’aux finitions, en passant par toutes les démarches importantes, suivez votre projet de bout en bout.

Les étapes pour réussir votre rénovation

Faites le point sur vos droits

Première étape incontournable : se renseigner en mairie afin de savoir si le projet d'agrandissement est réalisable dans le cadre du P.L.U. (Plan local d'urbanisme) ou du P.O.S. (Plan d'occupation des sols) de la commune.

Ces documents définissent un ensemble de règles, auxquelles sont soumises toutes les constructions de la ville.

Démarrer avec un projet clair et bien défini

Pour savoir quel type d’agrandissement effectuer, posez-vous la question de l’utilité de la pièce : vos choix d’aménagement détermineront le déroulement du chantier.

Entre les besoins d’isolation et d’aménagement d’une pièce de vie, telle qu’une chambre, et ceux d’un garage, votre budget peut fortement varier : définissez votre projet d’agrandissement selon un besoin précis et durable.

Maîtriser sa rénovation : les points à surveiller de près

- Les fondamentaux : dalle et fondations

La qualité d’une construction repose en grande partie sur la qualité de son support. Deux techniques de plancher de rez-de-chaussée se partagent le marché : le plancher sur vide sanitaire et le dallage sur terre-plein, qui est la solution la plus prisée.

Bien qu’il soit facile à réaliser, le dallage exige une grande rigueur et donc le strict respect des règles de l’art. Cette construction impose en effet certaines exigences :

  • Elle doit être suffisamment résistante pour supporter les nouvelles charges de structures
  • Elle doit également être protégée des remontées d’humidité
  • Il faut enfin veiller à ce qu’elle soit parfaitement bien isolée, pour garantir un confort adapté (sol froid) et diminuer les déperditions par le plancher (qui représentent 7 à 10% des déperditions totales).

 

- L’isolation, la clé du confort

Construire en dur (parpaing ou brique) offre l’avantage de pouvoir disposer d’une solide résistance du bâtiment, qui sera profitable pour le confort d’été.

Soigner l’isolation sera tout de même capital, vous devrez veiller à une épaisseur suffisante. La nouvelle réglementation thermique (RT 2012) impose une résistance thermique de 4 pour les murs, mais n’hésitez pas à aller plus loin.

Nota : vous trouverez dans la rubrique « vos obligations » les conditions d’application de cette règlementation thermique.

 

- Privilégier les sources de lumière

Pensez que réaliser une extension aura pour effet de diminuer la luminosité naturelle des pièces attenantes : positionnez vos futures ouvertures en prenant en compte ces éléments.
L’objectif sera de concevoir votre projet de façon à ne pas trop assombrir votre habitat actuel.

 

- Qualité de l’air et ventilation

Les pièces qui hier étaient directement ouvertes sur l’extérieur, vont donner directement sur votre extension : le but sera de permettre un renouvellement d’air suffisant.

En général, on retiendra que ce taux devra être idéalement situé entre 0.3 et 0.7 vol/heures sur la période hivernale. Si la sous-ventilation peut poser des problèmes de qualité de l’air, la sur-ventilation a aussi des effets néfastes, asséchant l’air et provoquant des effets nocifs sur la santé.

 

- Qualités et professionnalisme : savoir s’entourer

Même lorsque la dimension de l’extension n’est pas très étendue, elle comporte souvent plusieurs types de travaux, nécessitant tous un certain niveau de professionnalisme. Plusieurs solutions s’offrent à vous :

  • Vous pouvez suivre vos travaux seul et les confier aux entreprises lot par lot,
  • Avoir recours à une entreprise qui gère tous les corps d’état,
  • Ou vous faire assister d’une maitrise d’œuvre (architecte, etc.)

 Dans tous les cas, privilégiez des professionnels qualifiés, vous retrouverez les signes de qualité les identifiant dans la rubrique "Savoir reconnaître une entreprise qualifiée" (renvoi en bas de page).

 

- Boucler son projet : les derniers détails à connaître

  • Demandez un plan précis des réseaux d’assainissement (précisant le passage des différents conduits et des boites de raccordement), ces informations vous seront très utiles par la suite.
  • Une extension de maison impacte le montant de votre impôt foncier. En effet, le calcul de vos impôts prend en compte la surface habitable de votre logement, soit toute habitation ou dépendance de plus de 5m2 avec une hauteur égale ou supérieure à 1m80. Un agrandissement aura comme conséquence d’augmenter le montant de votre impôt foncier, proportionnellement au gain de place.

 

Les fondamentaux : dalle et fondations

La qualité d’une construction repose en grande partie sur la qualité de son support. Deux techniques de plancher de rez-de-chaussée se partagent le marché : le plancher sur vide sanitaire et le dallage sur terre-plein, qui est la solution la plus prisée.

Bien qu’il soit facile à réaliser, le dallage exige une grande rigueur et donc le strict respect des règles de l’art. Cette construction impose en effet certaines exigences :

  • Elle doit être suffisamment résistante pour supporter les nouvelles charges de structures
  • Elle doit également être protégée des remontées d’humidité
  • Il faut enfin veiller à ce qu’elle soit parfaitement bien isolée, pour garantir un confort adapté (sol froid) et diminuer les déperditions par le plancher (qui représentent 7 à 10% des déperditions totales).

L’isolation, la clé du confort

Construire en dur (parpaing ou brique) offre l’avantage de pouvoir disposer d’une solide résistance du bâtiment, qui sera profitable pour le confort d’été.

Soigner l’isolation sera tout de même capital, vous devrez veiller à une épaisseur suffisante. La nouvelle réglementation thermique (RT 2012) impose une résistance thermique de 4 pour les murs, mais n’hésitez pas à aller plus loin.

 

Privilégier les sources de lumière

Pensez que réaliser une extension aura pour effet de diminuer la luminosité naturelle des pièces attenantes : positionnez vos futures ouvertures en prenant en compte ces éléments.
L’objectif sera de concevoir votre projet de façon à ne pas trop assombrir votre habitat actuel.

Qualité de l’air et ventilation

Les pièces qui hier étaient directement ouvertes sur l’extérieur, vont donner directement sur votre extension : le but sera de permettre un renouvellement d’air suffisant.

En général, on retiendra que ce taux devra être idéalement situé entre 0.3 et 0.7 vol/heures sur la période hivernale. Si la sous-ventilation peut poser des problèmes de qualité de l’air, la sur-ventilation a aussi des effets néfastes, asséchant l’air et provoquant des effets nocifs sur la santé.

Qualités et professionnalisme : savoir s’entourer

Même lorsque la dimension de l’extension n’est pas très étendue, elle comporte souvent plusieurs types de travaux, nécessitant tous un certain niveau de professionnalisme. Plusieurs solutions s’offrent à vous :

  • Vous pouvez suivre vos travaux seul et les confier aux entreprises lot par lot,
  • Avoir recours à une entreprise qui gère tous les corps d’état,
  • Ou vous faire assister d’une maitrise d’œuvre (architecte, etc.)

Boucler son projet : les derniers détails à connaître

  • Demandez un plan précis des réseaux d’assainissement (précisant le passage des différents conduits et des boites de raccordement), ces informations vous seront très utiles par la suite.
  • Une extension de maison impacte le montant de votre impôt foncier. En effet, le calcul de vos impôts prend en compte la surface habitable de votre logement, soit toute habitation ou dépendance de plus de 5m2 avec une hauteur égale ou supérieure à 1m80. Un agrandissement aura comme conséquence d’augmenter le montant de votre impôt foncier, proportionnellement au gain de place.

Vos obligations : les autorisations d’urbanisme

Tous les travaux créant une Surface de Plancher supérieure à 5 m², ou modifiant l’aspect extérieur d’une construction, doivent faire l’objet d’une autorisation d’urbanisme auprès de la mairie.
Ces travaux s’accompagnent donc préalablement d’un dépôt de dossier, qui concerne une Déclaration Préalable ou un Permis de Construire.

Aménagement et extension (zone non couverte par un Plan Local d'Urbanisme)

  •  Un permis est exigé :
    • Si les travaux ajoutent une surface de plancher ou une emprise au sol supérieure à 20 m2.
  • Un permis est également exigé si les travaux :
    • Ont pour effet de modifier les structures porteuses ou la façade du bâtiment, lorsque ces travaux s'accompagnent d'un changement de destination (par exemple, transformation d'un local commercial en local d'habitation et travaux de modification)
    • Ou portent sur un immeuble inscrit au titre des monuments historiques ou se situant dans un secteur sauvegardé.

Modifier l'aspect extérieur d'une construction

Si vous procédez uniquement à une modification de façade, sans qu’il y ait d’autres travaux, une Déclaration Préalable suffit.

  • Un permis est exigé :
    • Si des travaux de modifications de façade s’accompagnent d’un changement de destination de la construction, il faudra faire une demande de Permis de Construire.

Aménagement et extension (zone couverte par un Plan Local d'Urbanisme)

  • Un permis est exigé :
    • Si es travaux ajoutent une surface de plancher ou une emprise au sol supérieure à 40 m2.
    • Ou s'ils ajoutent entre 20 et 40 m² de surface de plancher ou d'emprise au sol et ont pour effet de porter la surface totale de la construction au-delà de 170 m².
  • Un permis est également exigé si les travaux :
    • Ont pour effet de modifier les structures porteuses ou la façade du bâtiment, lorsque ces travaux s'accompagnent d'un changement de destination (par exemple, transformation d'un local commercial en local d'habitation et travaux de modification),
    • Ou portent sur un immeuble inscrit au titre des monuments historiques ou se situant dans un secteur sauvegardé.

Dispositions applicables à toutes les zones couvertes ou pas par un PLU

  • Tous les travaux créant une Surface de Plancher supérieure à 5 m², ou modifiant l’aspect extérieur d’une construction, doivent faire l’objet d’une autorisation d’urbanisme auprès de la mairie.
    Ces travaux s’accompagnent donc préalablement d’un dépôt de dossier, qui concerne une Déclaration Préalable ou un Permis de Construire.

Déclaration préalable ou permis de construire?

En cas de simple changement de destination, sans autres travaux, vous devez déposer une déclaration préalable.

Si le changement de destination s’accompagne de modification de la façade ou de modifications de la structure porteuse, vous devez déposer un permis de construire.

Le point sur les garanties et assurances

Retenez que les entreprises doivent être assurées en responsabilité professionnelle et civile.
Quant au client, il doit dans certains cas souscrire une assurance dommage ouvrage.